Guyane
Une démarche administrative ?
Contacter votre Mairie ?
Appelez le
118 612

Villes et mairies de la Région de la Guyane

Plus grand département français, la Guyane qui se situe au nord-est de l'Amérique du Sud, entre le Suriname et le Brésil, est principalement constituée d'une portion du plateau des Guyanes à laquelle s'ajoute une plaine côtière d'origine sédimentaire couverte de savanes et de marécages. Disposant d'un réseau hydrographique dense mais peu navigable, le département est couvert à 96% d'une forêt équatoriale en grande partie primaire qui se caractérise par une très importante biodiversité.
Occupée par une population aux origines multiples, la Guyane compte un grand nombre de langues locales auxquelles s'ajoutent des langues d'immigration comme le portugais, l'anglais, l'espagnol, le chinois... qui sont employées par des communautés qui peuvent comporter un nombre important d'individus.
Principale langue locale, le créole guyanais cohabite avec six langues bushi kondé qui correspondent à des créoles à base d'anglais parlés par des noirs marrons originaires du Suriname ainsi qu'avec des langues amérindiennes (arawak, palikur, kali'na, wayana, wayampi et émerillon) et avec le h'mong parlé par des ém ... Lire la suiteigrés loatiens.

Peuplée depuis le VIe millénaire av. JC, la Guyane a été colonisée au IIIe siècle par des Arawaks et des Palikurs puis au VIIe siècle par des Caraïbes, des Kali'nas et des Wayanas.
Découverte par Christophe Colomb en 1498 au cours de son troisième voyage, elle est rapidement convoitée par plusieurs nations européennes dont les Français qui fondent la première implantation en 1503.
Baptisée France équinoxiale en 1604, la Guyane fait l'objet de plusieurs tentatives de colonisation de grande ampleur au XVIIe siècle, notamment sur l'île de Cayenne ou la cité éponyme est fondée en 1643. Toutefois, du fait des échecs successifs rencontrés pour peupler la région depuis la métropole, des esclaves africains sont acheminés pour travailler dans les plantations à partir de 1652.
En 1654, des colons hollandais chassés du Brésil s'installent près de Cayenne et développent la production de sucre.
Conquise par les Anglais en 1654, la Guyane est reprise par les Français en 1664, avant une nouvelle invasion anglaise en 1667 qui se traduit par la prise de Cayenne et la destruction de la ville voisine de Remire-Montjoly. Les Français redeviennent finalement maîtres du territoire en 1674 avant une brève occupation de Cayenne par les Hollandais en 1676.
En 1713, le traité d'Utrecht fixe la frontière ouest sur le Moroni tandis que la frontière est demeure imprécise.
En 1762 et 1764, deux nouvelles tentatives de peuplement envoient des milliers de Français en Guyane mais, faute de préparations pour les accueillir, une grande partie meurt rapidement de maladie.
Lieu de déportation des opposants politiques durant la Révolution, elle est devenu un département en 1797.
Après avoir été aboli en 1794, l'esclavage est rétabli en 1802 par un arrêté qui profite de la loi autorisant son maintien dans les colonies qui s'étaient opposées à sa suppression en 1794, ce qui provoque la fuite et l'installation en forêt de nombreux noirs.
Peu nombreux et principalement situés sur l'île de Cayenne, les Français ne peuvent résister à l'invasion portugaise de 1809, ce qui entraîne une occupation de la Guyane jusqu'en 1814.
Votée en 1848, la loi abolissant l'esclavage stipule que tout esclave touchant le sol français sera affranchi, ce qui entraîne un afflux d'esclaves depuis le Brésil et conduit en 1851 à une incursion en territoire français de propriétaires brésiliens venu reprendre des esclaves en fuite.
Les esclaves représentant 13000 des 19000 habitants de la Guyane au moment de l'abolition, la région manque rapidement de main d'œuvre, ce qui conduit à la création de nombreux bagnes à partir de 1852 et au recrutement de coolies en provenance d'Inde et de Chine dès 1853.
La découverte de sites aurifères à partir de 1855 entraîne une ruée vers l'or qui va se poursuivre jusqu'à la Seconde Guerre mondiale et va mobiliser jusqu'à 10000 orpailleurs durant l'Entre-deux-guerres.
Revendiquée par la France et les Pays-Bas dès 1861, la région aurifère située entre le Tapanahoni et le Lawa est attribuée en 1891 aux Hollandais par un arbitrage du tsar de Russie, ce qui réduit la Guyane française de 25 000 km².
Confié à l'arbitrage du conseil fédéral suisse, le tracé de la frontière orientale est fixé en 1900 sur l'Oyapock, les Brésiliens parvenant à imposer leurs revendications contestables grâce à de puissants soutiens politiques et financiers, ce qui va amputer le territoire français de 260 000 km².
Contestant le tracé retenu lors du règlement du différent frontalier avec les Pays-Bas, la France parvient à obtenir la restitution en 1935 des 6000 km² situés entre le Litani et le Marouini.
Malgré une loi abolissant les travaux forcés votée en 1938, la fermeture des bagnes ne sera effective qu'en 1946, année où la Guyane devient un département d'outre-mer, et les derniers bagnards ne seront rapatriés qu'en 1953.
Marquée par une économie faible affectée par le départ des détenus, la région qui ne compte que 33000 habitants en 1963 est choisie en 1964 pour accueillir à Kourou une base spatiale qui est opérationnelle depuis 1968.

Vous trouverez aussi sur la page de la Région de la Guyane un grand nombre d'informations, du conseil régional aux statistiques de la population en passant par les données géographiques ou les différents élus.

Voici ci-dessous la liste des villes et villages de la Région de la Guyane classés par nombre d'habitants. Vous pouvez cliquer sur la commune de votre choix ou rechercher la votre :

Liste des communes

  • Ville de Cayenne, commune de France de 55 000 habitants.

    Préfecture de la région.

    La mairie de Cayenne a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques et de musées, d'activités sur la ville.

  • Ville de Saint-Laurent-du-Maroni, commune de France de 40 000 habitants.

    Chef-lieu d'arrondissement.

    La mairie de Saint-Laurent-du-Maroni a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques et d'activités sur la ville.

  • Ville de Matoury, commune de France de 30 000 habitants.

    La mairie de Matoury a une adresse e-mail.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Kourou, commune de France de 25 000 habitants.

    La mairie de Kourou a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Remire-Montjoly, commune de France de 21 000 habitants.

    La mairie de Remire-Montjoly a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques et d'activités sur la ville.

  • Ville de Macouria, commune de France de 10 000 habitants.

    La mairie de Macouria a une adresse e-mail et un site Internet.

  • Ville de Maripasoula, commune de France de 10 000 habitants.

    La mairie de Maripasoula a une adresse e-mail.

    Cette ville fait partie du Parc amazonien de Guyane.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Mana, commune de France de 9 500 habitants.

    La mairie de Mana a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc naturel régional de Guyane.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

    Commune rattachée : Moyenne-Mana.

  • Ville d'Apatou, commune de France de 7 200 habitants.

    La mairie d'Apatou a une adresse e-mail.

  • Ville de Papaichton, commune de France de 6 100 habitants.

    La mairie de Papaichton a une adresse e-mail.

    Cette ville fait partie du Parc amazonien de Guyane.

  • Ville de Grand-Santi, commune de France de 6 000 habitants.

    La mairie de Grand-Santi est joignable par téléphone.

  • Ville de Saint-Georges, commune de France de 3 900 habitants.

    La mairie de Saint-Georges a une adresse e-mail et un site Internet.

  • Ville de Sinnamary, commune de France de 3 100 habitants.

    La mairie de Sinnamary a une adresse e-mail et un site Internet.

  • Ville de Roura, commune de France de 3 000 habitants.

    La mairie de Roura a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc naturel régional de Guyane.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

    Commune rattachée : La Comté.

  • Ville de Montsinéry-Tonnegrande, commune de France de 2 500 habitants.

    La mairie de Montsinéry-Tonnegrande a un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Village d'Iracoubo, commune de France de 1 900 habitants.

    La mairie d'Iracoubo a une adresse e-mail.

    Présence de monuments historiques sur le village.

  • Village de Camopi, commune de France de 1 600 habitants.

    La mairie de Camopi est joignable par téléphone.

    Ce village fait partie du Parc amazonien de Guyane.

    Présence de monuments historiques sur le village.

  • Village d'Awala-Yalimapo, commune de France de 1 300 habitants.

    La mairie d'Awala-Yalimapo est joignable par téléphone.

    Ce village fait partie du Parc naturel régional de Guyane.

Page

1 - 2
Logo Guyane