Guadeloupe
Une démarche administrative ?
Contacter votre Mairie ?
Appelez le
118 612

Villes et mairies de la Région de la Guadeloupe

Située dans les Petites Antilles, la Guadeloupe est une région monodépartementale d'outre-mer qui regroupe la Guadeloupe et les dépendances administratives des Saintes, de Marie-Galante, de la Désirade et de Petite-Terre.
Séparées par un étroit bras de mer appelé la Rivière Salée, la Basse-Terre et la Grande-Terre qui sont aujourd'hui reliées par des ponts forment la Guadeloupe proprement dite. Tandis que la première est une île montagneuse d'origine volcanique couverte d'une forêt tropicale où culmine le plus haut sommet des Petites Antilles, la seconde est une terre calcaire plate et aride.
Cette différence géologique se retrouve également entre l'archipel volcanique des Saintes et les îles de Marie Galante et de la Désirade qui sont des îles calcaires, tout comme Petite-Terre qui consiste en un archipel formé de deux îlots inhabités.
Bien que toutes possèdent un climat tropical soumis à des influences maritimes, ces îles disposent chacune de spécificités liées à leur relief.
Encore très présentes, les langues régionales sont le créole guadeloupéen et le créole saintois.

Peuplée de manièr ... Lire la suitee avérée depuis 1500 av. JC, la Guadeloupe a été colonisée par les Arawaks vers 300 av. JC puis par les Caraïbes vers le IXe siècle.
Découverte en 1493 par Christophe Colomb lors de son second voyage, de même que la Désirade qui doit son nom au fait qu'elle fut la première île aperçue, que Marie-Galante qui se prénomme comme le navire amiral de l'expédition et que les Saintes qui furent découvertes quelques jours après la Toussaint, elle a été baptisée Santa Maria de Guadalupe de Estremadura en hommage au monastère espagnol du même nom.
Suite à l'échec d'une tentative de colonisation en 1515 et en l'absence de mines d'or, l'île n'est utilisée par les Espagnols que pour le ravitaillement de leurs navires et comme réservoir d'esclaves.
Non défendue par l'Espagne, elle est revendiquée par les Français qui débarquent le 28 juin 1635 pour en prendre possession au nom de la Compagnie française des îles de l'Amérique et déclenchent une guerre avec les Améridiens qui va se conclure par la signature d'un traité de paix en 1640. A cette date, la population autochtone a été décimée et une partie des survivants a fuit vers la Dominique.
Colonisées en 1648, les Saintes et Marie-Galante connaissent quand à elles des affrontements avec les Caraïbes respectivement jusqu'en 1658 et 1660.
En 1656, l'île qui compte déjà 3000 esclaves travaillant dans les champs de canne à sucre pour une population totale de 15000 habitants connaît sa première révolte d'esclaves.
Acquise par Charles Houël en 1649, la Guadeloupe devient la propriété de la Compagnie française des Indes Occidentales de 1664 à sa faillite en 1674 puis passe sous l'autorité de Louis XIV qui va encourager la production de sucre on attribuant des terres à des officiers supérieurs.
Nombreux jusqu'en 1671, les petits planteurs blancs qui cultivaient du tabac et du coton vont rapidement disparaître sous l'action combinée du rachat de leurs terres par les riches planteurs de canne et de la concurrence des plantations de tabac de Virginie.
Initialement supérieur à celui de la Martinique en raison de l'extermination plus tardive des Caraïbes sur cette dernière, le nombre d'esclaves va y devenir inférieur vers 1680 du fait de la priorité accordée à la Martinique où se sont installés des nobles de rang plus élevé.
Après plusieurs tentatives manquées, la Grande-Bretagne parvient à occuper la Guadeloupe en 1759, avant de la restituer en 1763. A nouveau envahie par les Anglais en 1794, elle est rapidement libérée par le commissaire national Victor Hugues aidé des esclaves auxquels il a promis la liberté.
L'abolition de l'esclavage entre en vigueur le 7 juin 1794 après avoir été adoptée par la Convention nationale en février.
Également occupées de 1759 à 1763, les Saintes sont à nouveau envahies par les Anglais en 1782 et, hormis un bref retour des Français en 1794, resteront anglaises jusqu'en 1802.
Détachées administrativement de la Martinique en 1775, la Guadeloupe et ses dépendances deviennent un département en 1797.
S'opposant au rétablissement de l'esclavage et à l'expulsion de l'armée des officiers noirs, des officiers se révoltent en 1802 mais sont écrasés par une expédition de 4000 hommes envoyée par Bonaparte. L'esclavage est alors rétabli le 16 juillet 1802 sous la pression des propriétaires terriens qui profitent de la loi autorisant son maintien dans les territoires qui n'avaient pas appliqué l'abolition en 1794, les libres de couleur perdent leur citoyenneté puis les mariages mixtes sont interdits en 1803.
Les Anglais s'emparent de Marie-Galante et de la Désirade en 1808, des Saintes en 1809 puis de la Guadeloupe en 1810. Rendues à la France en 1814 par le Traité de Paris, elles sont une nouvelle fois occupées par les Britanniques en 1815 avant d'être restituées en 1816 lors du Congrès de Vienne.
En 1815, la traite négrière est interdite par Napoléon mais l'esclavage est maintenu.
Les gens de couleur libres retrouvent toutefois leurs droits de citoyens en 1830, la mutilation et le marquage des esclaves sont interdis en 1833 puis l'esclavage est définitivement aboli en 1848.
Le 19 mars 1946, la Guadeloupe à laquelle est adjoint un arrondissement spécial comprenant Saint-Barthélemy et Saint-Martin devient un département d'outre-mer.
En 2003, un référendum rejète massivement le projet de création d'une collectivité unique. Les électeurs de Saint-Martin et Saint-Barthélémy se prononcent la même année en faveur d'une autonomie qui va les conduire à un statut de collectivités d'outre-mer en 2007.

Vous trouverez aussi sur la page de la Région de la Guadeloupe un grand nombre d'informations, du conseil régional aux statistiques de la population en passant par les données géographiques ou les différents élus.

Voici ci-dessous la liste des villes et villages de la Région de la Guadeloupe classés par nombre d'habitants. Vous pouvez cliquer sur la commune de votre choix ou rechercher la votre :

Liste des communes

  • Ville des Abymes, commune de France de 59 000 habitants.

    La mairie des Abymes a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Baie-Mahault, commune de France de 30 000 habitants.

    La mairie de Baie-Mahault a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence d'activités sur la ville.

  • Ville du Gosier, commune de France de 26 000 habitants.

    La mairie du Gosier a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Sainte-Anne, commune de France de 25 000 habitants.

    La mairie de Sainte-Anne a une adresse e-mail et un site Internet.

  • Ville de Petit-Bourg, commune de France de 24 000 habitants.

    La mairie de Petit-Bourg a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

  • Ville du Moule, commune de France de 23 000 habitants.

    La mairie du Moule a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques et de musées, d'activités sur la ville.

  • Ville de Sainte-Rose, commune de France de 20 000 habitants.

    La mairie de Sainte-Rose a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

  • Ville de Capesterre-Belle-Eau, commune de France de 19 000 habitants.

    La mairie de Capesterre-Belle-Eau a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

  • Ville de Morne-à-l'Eau, commune de France de 17 000 habitants.

    La mairie de Morne-à-l'Eau a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Lamentin, commune de France de 15 000 habitants.

    La mairie de Lamentin a une adresse e-mail et un site Internet.

  • Ville de Pointe-à-Pitre, commune de France de 15 000 habitants.

    Chef-lieu d'arrondissement.

    La mairie de Pointe-à-Pitre a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques et de musées, d'activités sur la ville.

  • Ville de Saint-François, commune de France de 14 000 habitants.

    La mairie de Saint-François a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Basse-Terre, commune de France de 11 000 habitants.

    Préfecture de la région.

    La mairie de Basse-Terre a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques et de musées, d'activités sur la ville.

  • Ville de Saint-Claude, commune de France de 10 000 habitants.

    La mairie de Saint-Claude a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Trois-Rivières, commune de France de 8 900 habitants.

    La mairie de Trois-Rivières a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Goyave, commune de France de 8 200 habitants.

    La mairie de Goyave est joignable par téléphone.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

  • Ville de Petit-Canal, commune de France de 8 000 habitants.

    La mairie de Petit-Canal a une adresse e-mail et un site Internet.

    Présence de monuments historiques sur la ville.

  • Ville de Gourbeyre, commune de France de 8 000 habitants.

    La mairie de Gourbeyre a une adresse e-mail et un site Internet.

    Cette ville fait partie du Parc national de la Guadeloupe.

Page

1 - 2
Logo Guadeloupe