Site distinct de l'administration

Billetterie Spectacles à Metzeral

Grand Est
/
Haut-Rhin
/
Commune de Metzeral
» Billetterie Spectacles

Billetterie Spectacles

en savoir +
GREGORY PORTER
à partir de 85€, le 13 novembre 2018 à 20h30
ROBIN MCKELLE Le projet Melodic Canvas est né peu de temps après une tournée de Robin McKelle en Europe dans un contexte jazz. « J’ai été sollicité par le pianiste Danilo Perez pour être la voix d’un groupe où figuraient aussi Ben Street, Avishai Cohen et Chris Potter. C’était inattendu, je n’avais plus chanté dans cet environnement depuis longtemps. J’ai retrouvé le plaisir du risque, de l’improvisation. Ces musiciens vous poussent à repousser vos limites » se souvient la chanteuse dont la carrière prend avec ce 7e album un nouveau tournant. « Je suis sortie de cette expérience avec plein d’idées, l’impression de ne pas avoir exploité tout mon potentiel » confie-t-elle. Après plusieurs disques teintés de soul et de blues, Robin McKelle a donc choisi de revenir à une esthétique acoustique, plutôt minimaliste, avec le plus souvent pour accompagnement un piano, une guitare, des percussions, et pas de batterie. Saluée pour ses qualités de performer et sa voix de contralto puissante et expressive, on la (re) découvre dans une session plus personnelle, sensible et nuancée, mais toujours soulful. Son retour au jazz s’opère sans délaisser ce groove qui la caractérise : les thèmes mettent en valeur la chanteuse dont on découvre de nouvelles facettes. Une sensibilité au service de la mélodie et une musicalité qui lui permettent d’interagir avec ses partenaires, comme une instrumentiste. GREGORY PORTER L’amour de Gregory Porter pour la musique de Nat King Cole remonte à sa plus tendre enfance. « Ma mère avait l’habitude de raconter qu’un jour, quand j’avais cinq ans, je lui avais fait écouter une chanson que j’avais écrite et enregistrée sur une cassette, se souvient le chanteur. En l’entendant elle s’était exclamée : « Mais c’est que tu chantes comme Nat King Cole ! ». Le compliment incite Gregory à se plonger dans la musique du jazzman... Jusqu’à en faire un véritable père de substitution ! Bien avant d’avoir remporté le succès planétaire que finiraient par lui valoir sa magnifique voix de baryton, ses compositions poignantes et ses incroyables prestations scéniques, Gregory Porter avait mis en scène sa relation avec Nat King Cole en écrivant « Nat King Cole & Me », une comédie musicale en grande partie autobiographique, représentée pour la première fois en 2004. C'est ce spectacle qu'il reprend aujourd'hui sur scène et sur disque. Avec l’aide du célèbre arrangeur Vince Mendoza et d’un groupe composé du pianiste Christian Sands, du bassiste Reuben Rogers et du batteur Ulysses Owens, Gregory Porter revisite sur son nouvel album certaines des plus célèbres chansons de Nat King Cole telles que « Smile », « L-O-V-E », « Nature Boy » ou « The Christmas Song ». Interprétés par le London Studio Orchestra, les splendides arrangements de Vince Mendoza mettent on ne peut mieux en valeur la voix ensorcelante de Gregory Porter et donnent au disque une ampleur à couper le souffle. Sur scène l'impact en est encore plus fort... Line-up : Gregory Porter : voix Chip Crawford : piano, claviers Jahmal Nichols : basse Emanuel Harrold : batterie Tivon Pennicott : saxophone Ondrej Pivec : orgue...
en savoir +
BOBBY MC FERRIN
à partir de 85€, le 14 novembre 2018 à 20h30
YOUN SUN NAH Un peu plus de deux ans après sa dernière tournée en Europe, Youn Sun Nah fait son retour sur disque et sur scène à l’occasion de la sortie de son nouvel album She Moves on, paru le 19 mai. Un disque enregistré, pour la première fois de sa carrière, aux Etats-Unis avec le pianiste Jamie Saft et le guitariste Marc Ribot. Elle y rend hommage aux grands songwriters américains au travers de compositions originales et de reprises de chansons de Paul Simon ("She Moves on" qui donne son titre à l'album), Joni Mitchell ou Lou Reed. Découverte au festival de Juan les Pins au tournant des années 2000, la chanteuse coréenne poursuit depuis une brillante carrière qui l'a conduite à se produire dans les salles les plus prestigieuses et les plus grands festivals. Retournée vivre dans son pays après une vingtaine d'années passées en France, elle s'est produite à la cérémonie de clôture des JO d'hiver et a accepté la direction artistique du festival de musiques traditionnelles coréennes Yeowoorak au Théâtre National de Corée. Pour son concert du Monte-Carlo Jazz Festival, Yun Sun Nah sera accompagnée de Frank WOESTE (piano, Fender Rhodes, orgue Hammond) Brad Christopher JONES (contrebasse), Tomek MIERNOWSKI (guitares) et Dan RIESER (batterie) pour un répertoire centré sur les chansons de son nouvel album. Line-up : Youn Sun Nah : voix Frank Woeste : piano Fender Rodhes, orgue Hammond Tomek Miernowski : guitares Brad Christopher Jones : contrebasse Dan Rieser : batterie BOBBY MCFERRIN Ses parents étaient chanteurs d'opéra. Son père, Robert McFerrin Senior, fut même le premier chanteur d'opéra afro-américain à se produire au Metropolitan Opera de New-York. De cet atavisme familial, Robert « Bobby » McFerrin a tiré le goût des performances vocales. Lauréat de dix Grammies, il a brouillé les frontières entre musique savante, pop et jazz, n’hésitant pas à se produire pieds nus dans les salles les plus prestigieuses, médusant les auditoires par sa gestuelle débridée, explorant des territoires vocaux restés vierges et inspirant toute une génération de chanteurs a cappella, jusqu'au mouvement beatbox. En 1985, Bobby McFerrin remporte son premier Grammy pour le titre "A Night In Tunisia". En 1988, "Dont Worry Be Happy" devient un tube planétaire et fait de lui un artiste pop incontournable. Dans le même temps, il collabore avec les plus grands musiciens, comme le pianiste Chick Corea, ou le violoncelliste classique Yo-Yo Ma. Sur scène son principe est de reproduire toute une orchestration, de la basse jusqu'à la voix principale, uniquement avec sa voix, en imitant le timbre de toutes sortes d'instruments et en faisant participer le public à ses performances. Son dernier album, Spirityouall, est un enregistrement bluesy qui constitue un nouveau pas de côté inattendu pour ce rebelle de l’industrie de la musique. On est curieux de savoir quel traitement il en donnera au Monte-Carlo Jazz Festival, sachant qu'aucun de ses concerts ne ressemble à un autre....
en savoir +
DENIS MATSUEV
à partir de 272.5€, le 18 novembre 2018 à 20h30
DENIS MATSUEV Classics and Jazz C'est une véritable star du piano que le Monte-Carlo Jazz Festival s'apprête à recevoir dans l'écrin de l’Opéra Garnier. Digne héritier d’Emil Gilels et de la grande école Russe, Denis Matsuev est un génie du piano classique. Oui, vous avez bien lu: classique. Premier prix du Concours international Tchaïkovski à 23 ans, le colosse d'Irkoutsk a conquis le monde avec ses interprétations athlétiques de Rachmaninoff et de Chostakovitch. Présence impériale et naturel confondant, il donne 150 concerts par an dans les salles les plus prestigieuses et sous la direction des plus grands chefs. Denis Matsuev sera accompagné d'Alexander Zinger (Drums), Andrey Ivanov (Contrebasse) Aidar Gaynullin (Accordéon) et Sofia Turina (Saxophone). On a hâte de découvrir ce que nous réserve ce musicien prodige qui, quand il ne joue pas du piano, dirige sept festivals (dont celui d’Annecy, en France) et une fondation qui révèle et soutient de jeunes musiciens. Peu avare de rappels, Matsuev étonne parfois son auditoire de mélomanes avec des improvisations de jazz dont il a le secret: "Le jazz est ma seconde passion" confie-t-il. C'est ce qui a poussé le Monte-Carlo Jazz Festival à l'inviter pour un concert exceptionnel, au répertoire tenu secret, le 18 novembre 2018 sur la scène de l’Opéra Garnier Monte-Carlo. Line-up : Chanson : Denis Matsuev Drums : Alexander Zinger Contrebasse : Andrey Ivanov Accordéon : Aidar Gaynullin Saxophone : Sofia Turina...
en savoir +
SANSEVERINO
à partir de 55€, le 23 novembre 2018 à 20h30
HUGH COLTMAN Who’s Happy ? Britannique vivant en France, ancien leader du groupe blues-rock The Hoax, devenu songwriter folk-pop avant de virer crooner jazz, Hugh Coltman est rarement où on l'attend. Avec Who's Happy ?, son nouvel album, le quadragénaire bourlingueur ajoute une nouvelle étape à l’aventure d’un artiste qui a décidé de s’affranchir des frontières, des formats et des habitudes. Au commencement, il y eut en 2012 un remplacement au pied levé de la chanteuse Krystle Warren, pour un concert du pianiste Éric Legnini. Hugh Coltman découvre « la désinvolture des musiciens de jazz, qui sont plus rock que beaucoup de musiciens de rock’n’roll, qui ne jouent jamais le jeudi une chanson comme ils l’ont jouée le mardi, qui maîtrisent tellement leur sujet qu’ils peuvent tout se permettre ». Le remplacement devient une aventure au long cours et débouche sur un album hommage à Nat King Cole : 120 concerts, une Victoire du jazz 2017 sacrant "la voix de l’année"... Refusant de capitaliser sur ce succès inespéré avec un autre disque de reprises, c'est à La Nouvelle Orléans qu'Hugh est allé chercher l'inspiration pour son nouveau projet. Il y retrouve le guitariste Freddy Koella, le plus prestigieux et le plus discret des Français d’Amérique (Bob Dylan, Willy DeVille, Odetta, kd lang, Carla Bruni, Francis Cabrel, Lhasa De Sela ont fait appel à lui) qui va coréaliser l’album. Six jours de studio avec des pointures de la Nouvelle-Orléans seront suffisant pour coucher dix chansons originales et la reprise d’"It’s Your Voodoo Working" de Charles Sheffield. De titre en titre, on passe de la pure autobiographie à l’universel, de la déploration à l’espoir têtu, du blues européen aux paysages de l'Americana… C'est un voyage musical et existentiel, entre confidences et grand spectacle, qu'Hugh Coltman propose aux spectateurs du Monte Carlo Jazz Festival. Who's happy? (Qui est heureux?). Nous pardi ! Line-up : Hugh Coltman : voix Didier Havet : soubassophone Frédéric Couderc : clarinette, baryton Freddy Koella : guitare Jérôme Etcheberry : trompette Gael Rakotondrabe : piano Jerry Edwards : trombone Raphael Chassin : batterie SANSEVERINO Grand retour au blues électrique gorgé de guitares ! Sanseverino n’a rien perdu de sa plume pour décrire sur un ton humoristique décalé des tranches de vie autobiographiques ou presque. On y découvre ses passions (le vélo), ses coups de gueule, ses réflexions sur la société qui nous entoure baignés dans un rock’n roll blues dynamique et entrainant. Inspiré par la musique tsigane, le jazz manouche et les musiques électriques des années 40 et 50 de Django à Zappa, Stéphane Sanseverino fait depuis 20 ans des propositions à la fois loufoques et virtuoses. Passant du swing manouche au rock et au blues avec aisance, il couvre à travers ses albums des décennies de musique et d’influences, toujours avec virtuosité et justesse. Pour Sanseverino, sa tournée 2017/2018 est en écho à de nouvelles perceptions et envies artistiques. Dans son nouvel album “Montreuil/Memphis“, le blues est de rigueur, adieu Big Band et accordéons. Sanseverino s’arme de son harmonica pour vous faire rêver en tournée dans toute la France. Montreuil/Memphis est sorti le 22 Septembre. Line-up : Sanseverino : voix, guitare Marko Balland : harmonica Stéphane Huchard : batterie Christophe Cravero : orgue, violon...
en savoir +
THE AMAZING KEYSTONE BIG BAND
à partir de 55€, le 24 novembre 2018 à 20h30
VINCENT PEIRANI Living Being – « Night Walker » Né en 1980 à Nice, Vincent Peirani est accordéoniste de jazz. Mais il est aussi à l'aise dans la note bleue que dans la world music, le classique, la chanson française, le rock ou la pop. Night Walker, son formidable nouvel album le prouve, avec de fantastiques reprises de Led Zeppelin et un son incomparable tous styles confondus. Enregistré à Bruxelles en mars 2017 en quatre jours seulement, Night Walker présente un quintette (le Living Being II) encore plus puissant, encore plus radical dans la canalisation de son énergie. La combinaison des instruments est unique. Chez Living Being, tous les instruments mélodiques sont à pied d'égalité : le Fender Rhodes de Tony Paeleman, tantôt grondant, tantôt aérien, le saxo soprano clair d'Émile Parisien qu'il a cette fois préféré au saxo ténor, et bien entendu le merveilleux accordéon aux multiples facettes du leader qui, à l'inverse de l'album précédent, n'est pratiquement jamais mis en avant. L'art de Vincent Peirani, c'est sa rythmique et sa manière d'ajouter des couches à chaque morceau comme seule une armada de claviers pourrait le faire. Mélancolie de la chanson, majesté du classique, puissance brute du rock... Peirani les unit avec virtuosité sur « Kashmir to Heaven », la pièce maîtresse de l’album, qui se réfère aux célèbres morceaux de Led Zeppelin. De la "Chamber Rock Music" à découvrir en live, le 24 novembre prochain sur la scène de l’Opéra Garnier Monte-Carlo, à l’occasion du Monte Carlo Jazz Festival. Line-up : Vincent Peirani : accordéon Emile Parisien : saxophone Tony Paeleman : Fender Rhodes Julien Herné : basse Yoann Serra : batterie THE AMAZING KEYSTONE BIG BAND DJANGO EXTENDED with special guests: Mathias Lévy, Biréli Lagrène, Rocky Gresset Créé en 2010, le bouillonnant Amazing Keystone Big Band exprime à la fois l’esprit, l’âme des grandes formations de l’ère du swing-roi, et l’inventivité, l’ouverture, l’insolente virtuosité du jazz d’aujourd’hui. Complices depuis le conservatoire, le pianiste Fred Nardin, le saxophoniste Jon Boutellier, le tromboniste Bastien Ballaz et le trompettiste David Enhco assurent la direction et les arrangements de l’orchestre. Les dix-sept musiciens qui piaffent derrière les pupitres de cette turbulente machine à jazz ne se contentent pas de faire allégeance, avec classe, à Count Basie, Duke Ellington ou Thad Jones. Ils considèrent surtout que cet orchestre d’amis triés sur le volet leur permet d’expérimenter des idées neuves, tout en revisitant les perles d’un répertoire insubmersible. The Amazing Keystone Big Band perpétue cette musique ondulatoire tout en donnant libre cours à la créativité de ses musiciens. Après le succès de leurs adaptations des œuvres de Serge Prokofiev (Pierre et le Loup... Et le Jazz !) et Camille Saint-Saens (Le Carnaval Jazz des Animaux), les 17 musiciens de The Amazing Keystone Big Band, continuent leur aventure avec un projet centré sur la personnalité légendaire de Django Reinhardt. Dans Django E X T E N D E D, ils interprètent à leur manière les plus grands succès du célèbre guitariste manouche. On reconnaîtra ses grands « tubes » (Nuages, Minor Swing, Manoir de mes Rêves, Tears ou encore Djangology), mais aussi des compositions moins connues du grand public comme Anouman, Flèche d’Or, Troublant Boléro et l’énigmatique Rythme Futur. Ça va swinguer ! Le Band viendra se produire le 24 novembre, à l’occasion du Monte-Carlo Jazz Festival 2018, sur la scène de l’Opéra Garnier Monte-Carlo. Line-up : Biréli Lagrène : guitare Mathias Levy : violon Roky Gresset : guitare Marian Badoi : accordéon...
en savoir +
JOHN MCLAUGHLIN AND THE 4TH DIMENSION
à partir de 85€, le 28 novembre 2018 à 20h30
JOHN MCLAUGHLIN and the 4th Dimension with very special guest star Shankar Mahadevan JAZZ-ROCK-RAGAS AND BEYOND Installé à Monaco depuis des années, John McLaughlin nous fait l’insigne honneur d’y réunir à nouveau son groupe légendaire, 4th Dimension (Etienne M’Bappe basse, Gary Husband claviers Ranjit Barot, batterie), pour présenter au Monte-Carlo Jazz Festival, son nouveau projet. Une musique qui mixe, à nouveau, les influences et les techniques occidentales et indiennes, mais d’une manière totalement différente de celle qu’il avait expérimentée avec Shakti. Pour cela, le guitariste britannique a travaillé avec le chanteur et compositeur indien Shanka Mahadevan, qui sera présent sur scène avec le groupe pour cette soirée en tout point exceptionnelle. A 76 ans, John McLaughlin est considéré comme l’un des plus grands guitaristes vivants. Sa carrière a véritablement commencé avec l’enregistrement du chef d’œuvre de Miles Davis, In A Silent Way, avec lequel il a initié la fusion du jazz et du rock. En 1970, il forme le Mahavishnu Orchestra et enregistre une poignée de chefs d’œuvres qui donnent leurs lettres de noblesse à ce nouveau genre musical qu’est le jazz rock. En 1975, McLaughlin débranche sa guitare pour se concentrer sur l’étude de la musique indienne et forme Shakti. Un ensemble acoustique dans lequel il joue sur une guitare au manche scallopé qui lui permet de se rapprocher des sonorités du sitar. Au début des années 80, il collabore avec les guitaristes Paco de Lucia et Al di Meola pour ajouter une touche de flamenco à sa musique décidément fusionnelle. Après différentes formations, participations et reformations, c’est avec 4th Dimension que le guitariste britannique trouve l’équilibre et l’inspiration pour entamer la dernière partie de sa carrière. Ce ne sera pas la moins créative. Après une tournée d’adieu aux Etats-Unis, au cours de laquelle, le groupe a rejoué les classiques du Mahavishnu Orchestra devant des foules extatiques, John a décidé d’associer le groupe au projet qu’il portait depuis quelques années déjà avec Shanka Mahadevan. Le Monte-Carlo Jazz Festival est particulièrement heureux et fier d’accueillir leur collaboration. On va enfin découvrir la musique qui occupe désormais l’esprit de ce « guitar genius » en permanente réinvention de son art. Line-up : John McLaughlin : guitare Shankar Mahadevan : chant / special guest Gary Husband : claviers et batterie Ranjit Barot : batterie Etienne Mbappe : basse...
en savoir +
MANU KATCHE - THE SCOPE
à partir de 55€, le 29 novembre 2018 à 20h30
ELECTRO DELUXE En dépit d’un nom semblant prétendre le contraire, ELECTRO DELUXE n’est plus un groupe électro. Depuis que James Copley s’est installé au micro d'une formation qui a écumé les scènes de France et de Navarre, samplers, machines et platines ont été mis au placard et c’est avec une recherche absolue d’authenticité et de naturel que leur dernier opus, CIRCLE a été pensé et réalisé. Tendre vers une musique 100 % organique, retranscrite au plus proche de ce qui se joue dans le studio. Capturer le courant circulant entre chacun des membres du groupe, sentir la connexion télépathique de la section rythmique, la précision cuivrée, le frisson des cordes du piano, le clavinet bondissant. Percevoir le plus petit des souffles, prendre de plein fouet la puissance, vibrer sur les inflexions vocales... Tel était l'objectif affiché des 7 mercenaires d'Electro Deluxe pour ce nouveau projet. Instruments d’époque, matériel vintage et enregistrement dans les historiques studios Sidney Bechet auront été la porte d’entrée pour y parvenir. Vibrant au groove d'une basse pour dancefloor, marchant au son des orgues hérités des grandes maisons soul, se consumant sous les cuivres descendants directs de ces groupes de funk flamboyants, envahis par les chœurs gospelisant invités aux côtés d’un James Copley toujours à l’aise pour caresser ou boxer le micro, les membres d’ELECTRO DELUXE se sont appliqués à atteindre leur objectif. Enregistré dans les conditions du live, « CIRCLE » impose sur disque la cohésion qu’ELECTRO DELUXE soumet à l’épreuve de la scène depuis maintenant quinze ans. Cela promet une prestation "de luxe" au Monte Carlo Jazz Festival. Line-up : James Copley : voix Jérémie Coke : basse Gaël Cadoux : claviers Arnaud Renaville : batterie Thomas Faure : saxophone Vincent Payen : trompette Bertrand Luzignant : trombone MANU KATCHÉ The Scope Formation classique, Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris... Promis à la noble carrière de percussionniste au sein d’un orchestre symphonique Manu Katché a dévié de la route qui lui était tracée pour s'acoquiner avec le jazz, la pop et le rock. Musicien de studio et accompagnateur du gratin de la chanson française (Goldman, Souchon, Chedid, Catherine Lara, Michel Jonasz...), il doit l’explosion de sa carrière internationale à Peter Gabriel qui lui demande de tenir la batterie pour l’album « So ». Le son très particulier de sa batterie le fait repérer par les stars du pop-rock et lui ouvre les portes des studios et grandes scènes internationales. Après Peter Gabriel, il enregistre pour Joni Mitchell, Sting, Dire Straits, Tears for Fears, The Christians, Robbie Robertson, Joan Armatrading, Paul Young, Tracy Chapman,Youssou N’Dour, Pino Daniele, Simple Minds, Joe Satriani et Richard Wright, sans bouder pour autant ses camarades francophones puisqu’il retrouve entre deux tournées internationales Véronique Sanson, Francis Cabrel, Laurent Voulzy, Stephan Eicher ou Michel Petrucciani... Multi-récompensé, comme musicien exceptionnel et compositeur de talent, Manu Katché n'a jamais renoncé pour autant à son premier amour : le jazz. En 2004, il crée son premier groupe « Manu Katché Tendances », avec lequel il entreprend des tournées internationales et multiplie les enregistrements. En 2017/2018, il explore la formule du quartet en enregistrant « The Scope » avec un compagnon de longue date à la basse: Jérôme Regard, le guitariste Patrick Manouguian et le pianiste Elvin Galland qui réalise l'album. C'est dans cette formation qu'on l'attend au Monte-Carlo Jazz Festival. Line-up : Manu Katché : batterie Jérôme Regard : basse Patrick Manouguian : guitare Elvin Galland : piano...
en savoir +
BENJAMIN BIOLAY & MELVIL POUPAUD
à partir de 55€, le 30 novembre 2018 à 20h30
CYRILLE AIMÉE L’improvisation pour Cyrille Aimée n’est pas seulement une technique vocale: c’est un mode de vie! Il a permis à cette jeune chanteuse, au joli minois et à la voix cristalline de partager avec le monde son éblouissante créativité, en empruntant des itinéraires inattendus. Des camps manouches de son village natal, à Broadway, en passant par la Star Ac et l’Apollo Theatre de New York, jusqu’à être aujourd’hui reconnue par le Wall Street Journal comme “une des chanteuses les plus prometteuses de sa génération” et par le New York Times comme “une étoile montante dans la galaxie des chanteuses de jazz”, son parcours laisse rêveur. En 2014, installée à New York, Aimée sort“It’s a Good Day”,son premier album. Il marque les débuts de sa collaboration avec un ensemble qui lui permet d’explorer les diverses facettes de son talent. Ce quintet (qu’on commence déjà à appeler Queentet) associe deux guitaristes extraordinaires: l’italo-français Michael Valeanu aux cordes métalliques et Adrien Moignard aux cordes nylon pour l’esprit manouche. C’est avec eux qu’elle enregistre “Let’s Get Lost”en 2016. L’album se hisse à la première place des classements jazz aux USA et permet à Cyrille et son quintet d’effectuer de nombreuses tournées musicales, ces trois dernières années, en Amérique, Europe et Asie. Tournées au cours desquelles elle chante en anglais et en français. C’est comme ça que Cyrille est devenue l’« aimée » des amateurs de jazz vocal du monde entier ! BENJAMIN BIOLAY & MELVIL POUPAUD SONGBOOK Une tournée comme un road movie, un tour de chant comme une Bande originale de "buddy movie", une virée musicale allant du tango au disco, du folk à la bossa, du jazz au reggaeton… C'est ce que nous proposent Benjamin Biolay et Melvil Poupaud. Amis de longue date, l'un chanteur-acteur, l'autre acteur-musicien, Benjamin Biolay et Melvil Poupaud ont très tôt croisé, dans des studios de musique ou sur des plateaux de cinéma, la route de quelques piliers de notre culture (Henri Salvador, Juliette Gréco, Jeanne Moreau, Michel Piccoli, Éric Rohmer, Catherine Deneuve…). C’est ce goût précoce pour les rencontres et les expériences extraordinaires, entre musique et cinéma, qui a forgé leur amitié et qui les conduit aujourd’hui à partir ensemble sur les routes, avec l’envie de vous faire partager leur passion pour la musique, les textes et le spectacle. Sans nostalgie, mais dans la grande tradition d’un music-hall élégant et intime, ils interprètent quelques-unes de leurs chansons favorites, sélectionnées avec passion dans le répertoire hexagonal, ainsi que des titres composés par Benjamin pour lui-même ou pour les autres. Sans oublier quelques surprises... Vous pensiez les connaître ? Benjamin Biolay et Melvil Poupaud vont vous surprendre en jouant sur la scène de l’Opéra Garnier le 30 novembre prochain, leur « Songbook » idéal, avec comme seule consigne: se faire - et vous faire - plaisir....
en savoir +
BOY GEORGE AND CULTURE CLUB
à partir de 125€, le 1 décembre 2018 à 20h30
BOY GEORGE and CULTURE CLUB Life Tour En accord avec Gérard Drouot Productions Boy George et le groupe Culture Club ont marqué les années 80 à jamais ! Depuis leurs débuts en 1981, Culture Club a vendu plus de 50 millions de disques à travers le monde, porté par leurs titres phares « Karma Chameleon », « I’ll Tumble 4 Ya » et l’excellent « Do You Really Want to Hurt Me », une complainte néo-reggae qui fera la gloire de Culture Club aux quatre coins du monde. L’opus se vendra à 5 millions d’exemplaires dont un million rien qu’aux Etats-Unis. Le groupe est mené par le chanteur/compositeur Boy George, universellement reconnu comme icône de la musique. En 2015, il remporte le prix Ivor Novello, récompensant ainsi l’ensemble de son œuvre et son apport à l’industrie de la musique britannique. Boy George est rejoint par Roy Hay, Mikey Craig et Jon Moss pour reformer Culture Club à l’occasion d’une tournée mondiale, qui passe par l’Amérique du nord et l’Europe en 2018. Depuis leur reformation et leurs récents concerts, la presse est unanime : « Culture Club est un groupe exceptionnel, emmené par un vrai maître. Si vous aimez sortir, si vous aimez vous sentir bien, si vous aimez être transportés par la musique, si vous êtes à la recherche d’authenticité dans un monde où règne le faux, … alors ce concert est fait pour vous ! » Bob Lefsetz (A l’occasion du concert au Greek Theatre en 2015)....
en savoir +
MARCUS MILLER INVITE SELAH SUE
à partir de 85€, le 2 décembre 2018 à 17h00
ERIC LEGNINI TRIO featuring Rocky Gresset et Thomas Bramerie Pianiste, producteur, arrangeur… et amoureux de la voix ! Quelques mots pour résumer les dernières années de la riche carrière d’Eric Legnini qui depuis “The Vox” en 2011 et sa Victoire du Jazz n’a eu de cesse d’explorer les interactions entre musique vocale, instrumentale, que ce soit en trio (Franck Agulhon à la batterie, Thomas Bramerie ou Daniel Romeo à la basse), ou avec des artistes de la trempe de Hugh Coltman, Yael Naim, Natalie Williams… A l’issue d’un beau triptyque consacré à la voix : The Vox – Sing Twice – Waxx Up, Eric Legnini revient à une formule purement instrumentale avec son compagnon de longue date Thomas Bramerie à la contrebasse et le guitariste Rocky Gresset. Un virage ? Un retour aux sources, lui qui a débuté sa carrière dans la musique instrumentale et s’est fait connaître en trio justement (pensons par exemple à ses disques au groove imparable : Trippin’) ? Un peu tout cela sans doute, mais plus simplement, l’envie de réexplorer la formule du trio, différamment ; déjà dans l’instrumentation : pas de batterie, mais une guitare et surtout, rester dans la continuité de son parcours musical. Si la voix n’est plus présente en tant que telle, les 3 instruments qui composent son trio décuplent les possibilities mélodiques : la guitare de Rocky Gresset est riche non seulement de l’écoute des maîtres du style manouche (Django en tête), mais également de ses confrères Biréli Lagrène ou encore Pat Metheny ! Son ouverture lui permet de jouer dans n’importe quel contexte et surtout, d’apporter un univers tout à fait original. La contrebasse de Thomas Bramerie a non seulement accompagnée les plus grandes voix (pensons à Dee Dee Bridgewater ou Milton Nascimento) mais est reconnue par toute une generation de musiciens à la fois comme une base solide et apportant un son rond et subtil. Enfin, le clavier d’Eric Legnini est riche de ses experiences en tant que leader, accompagnateur, que ce soit sur un repertoire de standards ou dans des contexts nettement plus pop, mais garde toujours eu un lien evident avec la mélodie ; la mélodie, le chant, c’est un leitmotiv chez Legnini, son ADN musical en quelque sorte. Le repertoire tout à fait unique du nouveau trio d’Eric Legnini laisse présager des concerts empreints de lyrisme et bien sûr, de groove ! Line-up : Eric Legnini : piano Hugo Lippi : guitare Thomas Bramerie : contrebasse MARCUS MILLER FEATURING SELAH SUE LAID BLACK TOUR Une rencontre au sommet ! L’idée est née lors du Monte-Carlo Jazz Festival 2015 et s’est concrétisée à Jazz à Juan dont, Marcus Miller et Selah Sue partageaient l’affiche en 2016. Entre le bassiste légendaire et la chanteuse belge, ça a « matché » tout de suite. Marcus a invité Selah sur son nouvel album, le bien nommé Laid Black (Blue Note/Universal) et les voilà à nouveau réunis pour le Monte-Carlo Jazz Festival. Auréolé de deux Grammy® Awards, mais aussi de l’« Edison Award for Lifetime achievement in Jazz » et d’une « Victoire du Jazz » pour l’ensemble de sa carrière, Marcus Miller est non seulement le pionnier de la basse électrique et un multi-instrumentiste hors du commun, mais aussi un compositeur et un producteur doué d’un talent exceptionnel. Le mythique album Tutu, composé et produit pour Miles Davis, a scellé sa renommée mondiale alors qu’il n’avait que 25 ans. Depuis, ses nombreuses collaborations avec les plus grands (Eric Clapton, George Benson, Aretha Franklin, Brian Ferry, Wayne Shorter, Herbie Hancock et Carlos Santana pour ne citer qu’eux), ont façonné son univers musical. Née à Louvain en 1989, Selah Sue a commencé à chanter et à composer ses propres chansons à l’âge de 15 ans. Remarquée en première partie d’un concert de Prince à Anvers en 2010, elle enregistre l’année suivante son premier album éponyme qui devient rapidement disque de platine. Depuis, elle écume les scènes et les festivals, car c’est là qu’elle se sent le mieux et donne le meilleur d’elle-même. Entre rock, folk, soul, funk, reggae, ragga et aujourd’hui jazz, sa palette musicale ne cesse de s’élargir. Que nous réserve encore sa collaboration avec l’immense Marcus Miller ? Comme elle le chante sur l’album: «Que Sera Sera»!...
Mairie de Metzeral
1 Place de la Mairie
68380 METZERAL


Renseignements téléphoniques :